Document

   Etoile au Coeur 

Transition entre images

Temoignages

 

 

 

Témoignage de Joël: le jour où on passe derrière les barreaux

Paroles de détenus

Extrait de l'Anthologie de témoignages troublants recueillis par Jean-Pierre Guéno dans *Paroles de détenus*

 

 

Témoignage de Joël: la haine des taulards jusqu'à ce qu'il le devienne

 

Comme tout un chacun, j'avais une vision propre du monde carcéral. J'avais, je peux le confesser, un regard critique à l'encontre de ceux qui vivaient dedans. Lieu qui renfermait tout le miasme du genre humain, toute l'émanation morbifique de l'espèce : voleurs, violeurs, assassins, et escrocs de tout acabit. Il ne m'était jamais venu à l'esprit de passer un séjour, fût-il court, dans un endroit pareil. [...] En bon citoyen français, je ne redoutais pas les hauts murs qui étaient réservés au chiendent que la société parquait en pensant qu'elle avait assez d'humanité pour ne pas les exterminer. Il y avait pour moi, en ce temps-là, de la grandeur à écarter de tels individus jusqu'à m'entendre dire : J'mourrai plutôt que d'aller en prison... Mon idée était bien arrêtée, définitive, la mort était préférable à l'enfermement, à un monde clos où la violence devait être quotidienne, une survie permanente pour ne pas se faire sodomiser dans un coin par une bande de sales gueules ; comment survivre au milieu des cafards sans risquer de me faire faire une boutonnière ou un sourire élargi ?

J'étais l'archétype du beauf qui avait des avis sur tout sans jamais douter de leur véracité. D'ailleurs j'aurais cogné si on m'avait contredit. J'étais ça ! Haineux envers ceux qui volaient, agressaient les p'tites vieilles, violaient les p'tites filles... Ils étaient à mettre tous dans le même sac, bons à noyer comme une portée de chats, au fond d'un puits recouvert de parpaings pour étouffer leurs cris. Je me souviens que cet avis était courant dans mon environnement. À la campagne on ne s'embarrassait pas de fioritures ou de scrupules, le discernement était vite fait. L'amalgame était facile et arrangeait tout le monde, et puis, qui pouvait avoir de la compassion pour des taulards ?
***
Une société est en droit de se défendre, comme le ferait tout corps agressé pour sa survie, à la condition que les sanctions prises ne soient pas pires que les actes commis. La société serait à son tour coupable d'abus et de non-observance des lois. Que son exercice ne soit que l'action de personnes dont la fonction se résume à l'application des textes et rien d'autre.

JOËL

 

 

Documents associés :

  Georges Hyvernaud: Extrait de *la peau et les os* sur les conditions carcérales

  Jean-Pierre Guéno: *Ciel*

  Lettre d'Agnès incarcérée à son homme

  Lettre de Farsi à ses victimes: repentance

  Lettre de Taleb: suicidé.

  Témoignage de Jean: Je refuse le silence !